dcsimg
 

Vers un Nord axé sur
les énergies renouvelables

Biomasse

Dans les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon, on coupe du bois pour le chauffage au poêle à bois conventionnel dans les environs de la plupart des collectivités. L’énergie calorifique produite annuellement à l’aide de poêles à bois est en moyenne d’environ 65 000 MWh dans les Territoires du Nord-Ouest et de 110 000 MWh au Yukon. Étant situé au nord de la limite forestière, le Nunavut n’a pas de forêts ; cependant, certains résidus de bois d’emballage et de construction provenant des sites d’enfouissement y sont acheminés et utilisés pour le chauffage.

L’avenir de la biomasse comme source d’énergie de base dans le Nord est prometteur. Le développement de nouvelles technologies efficaces a fait du bois une source d’énergie fiable pour des applications à grande échelle. De grandes chaudières alimentées aux granules de bois peuvent chauffer des bâtiments comme les écoles et les immeubles de bureaux. Ce type de chaudière peut également servir à alimenter des réseaux de chauffage urbains et à produire de l’électricité.

Cependant, les systèmes de transport et de distribution de granules de bois ne sont pas bien développés, ce qui se traduit par des frais de transport élevés et une plus grande vulnérabilité à d’éventuelles interruptions dans la chaîne d’approvisionnement. Il est également très important que des pratiques de gestion forestière adéquates soient mises en place de façon à ce que la récolte de bois destiné à alimenter cette source d’énergie demeure durable.

La stratégie des Territoires du Nord-Ouest en matière de bioénergie tire parti de l’intérêt grandissant qui se manifeste localement envers l’utilisation du bois et des granules de bois. Elle vise à encourager le recours accru à la biomasse comme source de chaleur propre et efficace et comme moyen de créer une économie durable pouvant fournir des emplois aux habitants du Nord, grâce à la récolte du matériau nécessaire à la production de la chaleur dont ils ont besoin.

De la même façon, le Yukon est en train d’élaborer une stratégie de la bioénergie destinée à aider les Yukonnais à tirer de la biomasse des avantages économiques et environnementaux à long terme. Au Yukon, la majorité des combustibles fossiles utilisés pour le chauffage des immeubles peuvent être remplacés par le bois, et le potentiel à cet égard est considérable. .

Premièrement, des réseaux de chauffage urbains pourraient fournir de la chaleur aux plus grands immeubles des zones urbaines, de façon à remplacer le mazout et le propane qui sont actuellement les produits les plus utilisés. Le bois pourrait constituer une source de chaleur de remplacement, en plus des radiateurs électriques alimentés par les surplus d’énergie hydroélectrique ou de la chaleur résiduelle provenant de la génération thermique d’électricité.

Deuxièmement, le développement d’une infrastructure de production et de livraison des granules de bois en vrac au Yukon permettrait d’assurer la majeure partie du chauffage des plus petits immeubles ou des bâtiments qui se trouvent trop loin d’un réseau électrique local, à un coût moindre, sur les plans économique et environnemental, qu’avec le mazout domestique.

Le Nunavut possède très peu de sources de biomasse pouvant être utilisées comme combustibles. L’utilisation de biocarburants issus des déchets de poissons provenant de l’industrie naissante de la pêche, pourrait être envisagée dans l’avenir. D’importantes recherches seront cependant nécessaires dans ce domaine.

Figure 7
Projets de biomasse actuels et prévus
Projets de biomasse actuels et prévus dans le Nord.
Nota : Toutes les données datent de 2007.

 
Photos reproduites avec la permission de Patrick Kane/Up Here, Dianne Villesèche/www.ravenink.ca et ArcticNet. © 2016 Une vision nordique