dcsimg
 

Stratégie d’adaptation panterritoriale

Effets du changement climatique dans le Nord

Les scientifiques divisent les effets du changement climatique en deux catégories :
Les effets biophysiques, qui comprennent les changements physiques que subissent le relief et les écosystèmes nordiques.
Les effets socio-économiques qui découlent des effets biophysiques et qui ont une incidence sur la santé, la sécurité et le style de vie des résidents du Nord.

L’interaction entre ces deux catégories d’effets est très complexe et peut exercer des pressions encore plus grandes sur les écosystèmes, les infrastructures, les systèmes économiques et les cultures nordiques. Cela dit, certains effets positifs sont aussi possibles.

  • Le dégel du pergélisol compromet l’intégrité des bâtiments, des routes et d’autres infrastructures importantes (ex. des égouts, des ouvrages d’approvisionnement en eau et des bassins de décantation et de stockage des stériles et des boues). Cela entraîne des dépenses d’entretien supplémentaires et peut menacer la santé et la sécurité des humains.
  • Le déplacement des biomes touche la répartition et la santé de diverses espèces. Cela peut avoir pour conséquence la propagation vers le Nord de certaines maladies et de certains parasites, et faire en sorte que certaines collectivités ne puissent plus compter sur leurs sources traditionnelles de nourriture. Mais le déplacement des biomes pourrait aussi permettre une intensification des activités agricoles et forestières.
  • Les changements dans les régimes de la glace de mer ont des répercussions majeures sur les écosystèmes marins et, par ricochet, nuisent aux activités de récolte traditionnelles en plus de rendre dangereuses les voies de circulation traditionnelles sur la glace.
  • La réduction de la superficie et de l’épaisseur de la glace de mer, et la prolongation subséquente de la saison de navigation, permettront de désenclaver certains secteurs terrestres et maritimes et, partant, d’accroître le transport maritime, le tourisme et l’activité industrielle.
  • Les changements dans les cycles d’englacement et de débâcle des bassins hydrographiques du Nord ont une incidence sur la stabilité des routes d’hiver et, par conséquent, sur l’acheminement de produits de première nécessité vers les collectivités et les industries.
  • L’élévation du niveau de la mer, en accentuant l’érosion côtière et augmentant les risques d’ondes de tempête qui endommagent les bâtiments, occasionne une hausse des coûts d’entretien, voire le déplacement forcé des bâtiments.
  • La hausse des températures augmente les risques d’incendie de forêt et d’infestation de ravageurs et met les infrastructures des collectivités à risque en plus de causer la destruction des ressources forestières. La hausse des températures pourrait aussi permettre à des espèces envahissantes, y compris les vecteurs de maladies et les parasites, de survivre dans de nouveaux endroits du Nord et de menacer la santé des animaux et des humains.
  • La fonte des glaciers et les changements qu’elle entraîne dans le débit des cours d’eau pourraient éventuellement causer des pénuries d’eau. Il se peut qu’on doive mettre à niveau ou modifier les systèmes d’approvisionnement, de traitement et de distribution de l’eau.
  • Les phénomènes météorologiques extrêmes ou soudains, comme des tempêtes violentes ou d’intenses précipitations, ou de faibles niveaux d’eau mettent à risque les infrastructures des collectivités et menacent la sécurité des humains.
 
Photos reproduites avec la permission de Patrick Kane/Up Here, Dianne Villesèche/www.ravenink.ca et ArcticNet. © 2016 Une vision nordique